Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hongrie-Info

L'injustice du diktat de Trianon

4 Juin 2010 , Rédigé par Árpád Publié dans #Histoire-Történelem


csonka1
      La partie en noir: la Hongrie actuelle, la partie achurée: la Hongrie avant 1920 !!     


4 Juin 1920, le jour de la honte pour l'Europe !


Le jour où de "grandes" nations ont volé 2/3 de notre royaume historique. Le jour ou des hommes qui ne connaissaient rien à la réalité politique de la région ont morcelé un pays millénaire... Apprenez toute la vérité sur cette injustice innommable qui s'est jouée en France, plus précisément à Versailles, palais du Trianon !

Cela fait 90 ans que l'on nous a volé notre nation historique !



 

Chers amis français et autres, avant toute chose, regardez la carte ci-dessous. Voilà à quoi ressemblerait la France  mutilée si elle était amputée des 2/3 de son territoire. Vous seriez révoltés n'est-ce pas ? framutil2Vous ne comprendriez pas pourquoi du jour au lendemain, vos amis, vos parents de Marseille ou de Lille soient coupés du pays auxquels ils appartiennent, en perdant ainsi leur nationalité d'origine.
Vous ne comprendriez pas de quel droit des pays étrangers au vôtre puissent dessiner de nouvelles frontières aux tracés arbitraires sans aucune consultation, sans le moindre référendum, sans connaître la réalité historique de votre nation.
C'est pourtant ce qui est arrivé à des millions de Hongrois en 1920. Par la décision de nations qui se disaient démocratiques et justes, un pays millénaire a été morcelé, haché menu... Une frontière injuste, inhumaine a coupé un seul et même peuple en différentes entités. Des millions de Magyars qui vivaient sur la terre de leurs ancêtres se sont retrouvés étrangers sur ce qui était leur propre sol.

Vous trouvez cela normal ? Vous trouvez cela juste ? Trianon a été, et est toujours, un traité injuste, inhumain et barbare qui a fait, et fait souffrir encore tout un peuple.

 

 

Trianon ou le prétexte de la libération des nationalités (*)

 

trianon nationalités01

 

 

Retour vers le passé: explication des faits

A la fin de la 1ère guerre mondiale, les grandes puissances victorieuses ont voulu détruire l'influence de l'ancien empire austro-hongrois une bonne fois pour toute. Ces pays victorieux se sont principalement acharnés (et le mot est faible !) sur la Hongrie en lui enlevant 2/3 de son territoire. Notre pays millénaire a donc vu son territoire passer de 325 mille km² à 93 mille km² !

Le pire, en dehors même des territoires perdus, et donc de l'influence de la Hongrie en Europe, est que des millions de Hongrois se sont retrouvés en dehors des nouvelles frontières. Ces Hongrois ont tout perdu en se retrouvant dans de nouveaux pays. Ils ont perdu leur nationalité, et sont devenus les victimes des Etats dans lesquelles ils se sont retrouvés. En effet ces pays, Roumanie, Tchéchoslovaquie, Yougoslavie, ont mené (et mènent encore) des politiques d'assimilation systématique de ces populations. Les Hongrois ne peuvent pas étudier dans leur langue maternelle. Ils sont victimes de violences morales et physiques,…
Le diktat de Trianon a TOUT fait pour éliminer purement et simplement la Hongrie du paysage européen. Durant les "négociations", les Hongrois n'avaient en fait rien à dire, ou en tout cas personne n'a pris la peine de les écouter…

Aux négociations les plus importantes du congrès de paix finalement on n'a même pas invité la Hongrie, les participants - en premier lieu "  les quatre grands"  :  les premiers ministres Georges Clemenceau français, David Lloyd britannique, Vittorio Orlando italien, Thomas Wilson président américain et les délégués de la Roumanie, de la Tchécoslovaquie, du Royaume Serbe-Croate-Slovène / devenu plus tard Yougoslavie/ et de la Grèce - ont décidé du contenu du traité sans la Hongrie.


L'Agence Télégraphique Hongroise/MTI/ a publié ceci:


"  Ce matin dans les églises de Budapest les cloches ont sonné, les usines ont fait sonner leurs sirènes, et les tristes ondes sonores s'éloignaient dans l'air frissonnant automnal et parlaient du deuil douloureux de l'effondrement national: aujourd'hui à 4 heures 30 de l'après-midi à Trianon les plénipotentiaires hongrois ont signé le traité de paix.

Aujourd'hui on nous a détaché les magnifiques villes hongroises: Kolozsvár, ville comblée de richesses, Kassa, ville des Rákóczi, Pozsony, ville du sacre, Temesvár, ville en train de s'industrialiser, Arad, ville des martyrs et les autres cités, toutes devenues nos très chers enfants et toutes étant de chers centres hongrois.
Aujourd'hui beaucoup de millions d'hommes honnêtes et fidèles parmi nos compatriotes ont perdu leur patrie et leurs mains laborieuses ont été enchaînées. Et les maîtres du monde sont persuadés aujourd'hui qu'ils ont achevé leur oeuvre et que nous ayant tous exploités et mutilés, il ne leur reste qu'à nous recouvrir d'une feuille de papier comme un linceul.
Pourtant notre destin ne s'est pas encore accompli. Sous le poids des coups et des malheurs nous nous sommes pliés sous le fardeau et notre âme a éclaté en sanglot de la douleur. Mais de même que la tempête d'un temps de jugement dernier nettoie l'air, les souffrances nous nettoient aussi et les coups nous endurcissent. C'est dans cette heure terrible d'abnégation que se forme en nous l'importante décision de rester en vie quand même et de récupérer avec une sainte volonté, un travail consacré, une ambition obstinée et des efforts honnêtes, tout ce dont nous avons été privés. "  




La liste des territoires, des ressources et des populations perdues :


Le territoire de la Hongrie historique, Croatie comprise (d'avant 1920) était de 325.000 km². Lors du démembrement tragique et injuste ce territoire a été divisé ainsi:


4.000 km² pour l'Autriche

63.000 km² pour la Tchéquie
102.000 km² pour la Roumanie (La Roumanie reçut donc un territoire qui était plus grand que la nouvelle Hongrie !)
63.000 km² pour la Serbie


Un petit bout du Nord du haut Tátra est allé à la Pologne. Fiume, le seul débouché sur la mer, a été donné à l'Italie


La Hongrie a perdu:


61% de ses terres cultivables

88% de ses forêts
100% de ses mines d'or, d'argent, cuivre et de sel
83% de sa production d'acier
60% de ses usines de fer et d'acier
47% de ses raffineries


Ce ne sont, ici, que quelques chiffres parmi les plus importants !


Le royaume de Hongrie était un pays de nationalités diverses. En 1920 sa population totale était de 20.886.000.

La population hongroise était de 10 millions plus au moins...

Voici les chiffres des populations perdues, en faveur des pays suivants:


Autriche: 358.000. 126.000 n'étaient pas d'origine autrichienne. Il y avait 25.000 Hongrois. Population hongroise de nos jours: 5.000.


Tchécoslovaquie: 3.576.000. 1.874.000 de non slovaques. Il y avait 1.000.000 de Hongrois. Population hongroise de nos jours 700.000.


Yougoslavie: 4.122.000. 3.093.000 de non serbes. Il y avait 500.000 Hongrois. Population hongroise de nos jours 350.000.


Roumanie: 5.265.000. 2.465.000 de non roumains. Il y avait 1.900.000 Hongrois. Population hongroise de nos jours 1.700.000.


Il resta dans la Hongrie mutilée 7.516.000 habitants.


Ces chiffres prouvent, s'il le fallait encore, que le seul but des " grandes nations démocratiques " étaient l'élimination pure et simple de la Hongrie. Jamais un pays n'avait connu un tel sort pas même l'Allemagne ! Ce châtiment était injuste, infondé, cruel et sadique. Le résultat a été une souffrance sans nom imposée au PEUPLE par des nations qui osaient, et osent encore il est vrai, donner des leçons aux autres en matière de droits de l'homme. Un comble !

Le plus dramatique est que l'on ne parle quasi jamais de Trianon en Europe. On enseigne dans les écoles les tournures dramatiques de l'Histoire du monde, mais le maximum est fait pour que le diktat noir soit oublié…
Mais Trianon a été la mise à mort d'une nation par les grandes puissances (France en tête !) sorties victorieuses de la guerre de 14-18. Trianon a été une farce tragique où les valeurs démocratiques ont été bafouées sans vergogne. Soulignons  que, contrairement à ce que la propagande anti-hongroise a toujours voulu faire croire, les minorités qui vivaient sous la couronne magyare étaient bien traitées. En effet, les écoles supérieures ainsi que les écoles destinées à la formation des professeurs dispensaient leurs cours dans les langues des minorités. De nos jours, dans ces territoires arrachés à la Hongrie, les habitants magyars ont toutes les peines du monde à suivre un enseignement dans leur langue d'origine !

On a attaché une très grande importance également à ce que la Hongrie ne puisse pas, à tout hasard, se défendre en cas d’une attaque extérieure: l’effectif de l’armée avait été réduit à 35 mille personnes (face aux armées roumaine de 280 mille, yougoslave de 185 mille et tchécoslovaque de 162 mille), nous avons même dû livrer la partie armée de la flotte danubienne et on nous avait interdit de créer une force aérienne.

Dans le Diktat la Hongrie a dû s’engager à ne pas renoncer à son indépendance d’État. Pourtant ne pensez pas que l’on ait voulu défendre notre pays face aux aspirations de grande puissance de la région. La vraie raison en était plutôt que la mutilation a tellement dégradé la valeur de l’indépendance regagnée que la partie importante de l’opinion publique hongroise aurait voulu qu’une fédération pareille à la Monarchie se crée à nouveau.

 

 

hungarians

Image satellite avec en rouge les populations

hongroises en dedans et en dehors des nouvelles frontières


 

Les Hongrois restent nombreux en dehors des frontières (plus de 90 ans après Trianon), principalement en Erdély (Transylvanie) en Terre Székely et en Felvidék (Sud de la Slovaquie actuelle).


 Dans une de ses lettres secrètes le général Condrecourt écrit ceci:

""  Au congrès de la paix nous avons suivi une direction fausse. Nous devions être aveugles quand nous croyions pouvoir imposer de telles mutilations à la Hongrie sans la pousser dans le désespoir.
Ni Roumanie, ni Serbie n'ont pas mérité non plus de satisfaire leurs ambitions exagérées. Certes, il est difficile de vivre pour un pays ne lui ayant laissé ni de charbon, ni de mines, ni d'industrie. En effet on est allés un peu trop loin."

En effet...



(*)


LES NATIONALITES DE LA HONGRIE.

Extrait du livre " Pro Hungaria " publié en 1919

 

De ce que la  Hongrie est  une nation fortement hétérogène, il n'en faudrait pas conclure que la nation magyare lorsqu'elle s'implantait il y a plus de dix siècles, sur le territoire de la Hongrie actuelle, y ait trouvé les ancêtres des peuples des autres nations qu'elle aurait subjuguées depuis son établissement jusqu'à  la  pressente époque

II est manifestement démontré par les faits historiques que les  nationalités -à l'exception de quelques fractions  insignifiantes- ne se  trouvaient  point  à l'origine sur le territoire de la Hongrie, mais ont immigré plus tard, aux fins d'améliorer leur situation, dans l'État créé  par la nation  magyare, où  non seulement  elles furent les bienvenues  mais  où des  avantages et  des faveurs spéciales leur furent aussi accordées.

Les différents peuples  de la Hongrie -à l'exception des Allemands qui se répandirent sur tout le pays -habitent la périphérie,  tandis que l'élément Magyar, occupe le centre.

Ce fait, à lui seul,  indique que les nations étrangères, lesquelles encadrent exactement l'élément magyar formant avec celui-ci la cohésion géographique parfaite qui se nomme la Hongrie,  n'ont immigré sur les territoires qu'ils peuplent aujourd'hui qu'après l'établissement des Magyars en Hongrie. [...]

 

 

 

trianon4 txtAvant les guerres sanglantes contre l'envahisseur musulman, l'élément hongrois occupait la quasi totalité du royaume.

 

 

 

 

Hongrie-Info met un point d'honneur à utiliser ses faibles ressources pour que fonctionne le travail de mémoire. Trianon a été, et continue à être, une tragédie sans nom et sans précédent. Il ne faut donc plus se voiler la face ! Faisons en sorte que les techniques modernes de communication nous permettent d'apprendre au plus grand nombre l'injustice dont le peuple hongrois a été victime. Que personne n'oublie jamais le 4 juin 1920.
Point d'esprit revanchard en nous, simplement le désir légitime de faire savoir à tous quelle injustice s'est abattue sur nous au début du siècle passé. De souligner que les erreurs commises en 1920 ont contribué à semer les graines du 2e conflit mondial, et que leurs influences néfastes se font encore sentir de nos jours…

 

Il serait inconcevable de passer le diktat de Trianon sous silence alors que beaucoup de pays font leur mea culpa concernant leur politique coloniale par exemple. Certains États font également pression afin que des génocides soient reconnus.
Pourquoi les graves conséquences découlant de Trianon ne devraient-elles pas être reconnues comme crime contre la nation hongroise ?

Il ne peut y avoir deux poids deux mesures en Europe ou alors les responsables politiques du vieux continent n'agiraient-ils que lorsque des intérêts économiques sont en jeu ? Nous ne pouvons nous résigner à le croire, même si la cruelle évidence se profile malgré tout à l'horizon !

 


 

Les textes en italique viennent du site http://www.trianon1920.hu

 

 

 


 

Trianon 2010

 

 

 

 

 

 


Henri Pozzi  "A háború visszatér "

(részlet a könyvbõl)  Magyar kiadás 1935

 

 

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

 

 

A miniatűrákra kattintva a képek nagyobban is megnézhetőek!

 

 

Figyelemre méltó cikkek:

http://nemnemsoha.gportal.hu/1
http://nemnemsoha.gportal.hu/2


 

 

mindent.jpg

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article